Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • Dr. Christian Linard, PhD, Biochimiste clinique
  • Dr. Christian Linard, PhD, DEPD, CSPQ.
Biochimiste clinique,
Biologiste moléculaire,
Professeur à l'Université du Québec à Trois-Rivières (Qc) Canada;
Directeur du Laboratoire LSIA
  • Dr. Christian Linard, PhD, DEPD, CSPQ. Biochimiste clinique, Biologiste moléculaire, Professeur à l'Université du Québec à Trois-Rivières (Qc) Canada; Directeur du Laboratoire LSIA

Suivez moi sur Twitter

S'abonner à ADN109 sur Twitter

Recherche

Visiteurs

Locations of visitors to this page

Restez en Contact

Pour recevoir les articles, dès leur mise en ligne, il vous suffit de noter votre adresse courriel ci-dessous, dans la rubrique "Inscription à la NewsLetter" et de cocher la case "Notifications de Publication d'Articles".

Veuillez noter que ce système est automatisé et que votre adresse reste invisible pour l'auteur du Blog.

3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 19:27

Home, un film d’Yann Arthus-Bertrand, a ne pas manquer. Ce film, sorti le 5 juin 2009 dans le cadre de la Journée mondiale de l'environnement,  montre la beauté de notre planète bleue. Jusqu’à présent, c’est apparemment la seule planète de tout l’univers qui est habitée par des êtres pensants. C’est à nous d’y prendre soin. 

 

 

 


 

 

Repost 0
Published by adn109 - dans Environnement
commenter cet article
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 20:14

Le dichloroacétate (DCA) est une petite molécule, peu coûteuse non-brevetée et relativement non-toxique. Le cardiologue Evangelos Michelakis (1) et son équipe, du Département de médecine de l'Université de l'Alberta, croient qu'il pourrait bientôt être utilisé efficacement pour traiter de nombreuses formes de cancer.


En 2007, le professeur E. Michelakis a montré que le DCA entraîne la régression de plusieurs cancers, notamment ceux du poumon, du sein et les tumeurs cérébrales. Les résultats de ses recherches sont publiés dans la célèbre revue Cancer Cell (2).


Les scientifiques et les médecins ont utilisé le DCA pendant des décennies pour traiter les enfants souffrant de maladies mitochondriales.  Les mitochondries qui sont les unités de production d'énergie dans les cellules, ont été reliées au cancer depuis les années 1930, lorsque les chercheurs ont d'abord remarqué que ces organites subcellulaires ne fonctionnent plus normalement lorsque le cancer est présent (3).


Jusqu'à présent, les chercheurs pensaient que les mitochondries étaient touchées parce que le cancer les endommageait de façon permanente et donc que ces dommages étaient le résultat et non la cause du cancer. Mais le Dr Michelakis remet en question cette hypothèse et montre par ses travaux que le DCA active la pyruvate déshydrogénase (PDH), une enzyme mitochondriale essentielle, et remet en fonction les activités oxydatives des mitochondries.


Les résultats sont étonnants.

 

Michelakis et ses collègues ont constaté que le DCA normalise la fonction mitochondriale dans de nombreux cancers, démontrant ainsi que cette fonction a été supprimée activement par le cancer, mais n'a pas été endommagé de façon permanente par lui.


Dans les cellules cancéreuses, l’oxydation mitochondriale du glucose est inhibée et la production d’énergie repose sur la glycolyse anaérobique. Cette « inactivité » mitochondriale est probablement à l’origine ​​de leur résistance à l'apoptose. L’activation de la PDH ​​par le DCA augmente l'oxydation du glucose par la production et l'afflux d’acétyl-CoA dans les mitochondries et le cycle de Krebs et provoque finalement l’apoptose des cellules cancéreuses.


Plus important encore, ils ont constaté que la normalisation de la fonction mitochondriale a entraîné une diminution significative de la croissance tumorale non seulement in vitro mais également dans les animaux. En outre, ils ont noté que le DCA, contrairement à la plupart des chimiothérapies utilisées actuellement, n'a eu aucun effet sur les tissus sains non-cancéreux.


"Je pense que le DCA peut être sélectif pour le cancer car il attaque un processus fondamental dans le développement du cancer qui est unique pour les cellules cancéreuses», a déclaré Michelakis. «L'une des choses très intéressantes sur ce composé est qu'il pourrait être en mesure de traiter de nombreuses formes de cancer".


Une autre chose encourageante au sujet de DCA est, qu’en étant si petit, il est facilement absorbé par le corps, et après la prise orale, il peut atteindre des tissus que d'autres médicaments ne peuvent pas, ce qui permet de traiter les cancers du cerveau, par exemple.


Il faut savoir que le DCA a déjà été utilisé chez des personnes en bonne santé et chez des malades atteints de maladies mitochondriales. Les chercheurs savent déjà que c'est une molécule relativement non-toxique qui peut être immédiatement testée par des patients atteints de cancer.

Autre énorme avantage, le DCA n'est pas breveté et n’est donc pas la propriété d'une société pharmaceutique. Par conséquent, il serait sans aucun doute peu coûteux à administrer, affirme le Dr Michelakis.


Cependant, comme le DCA n'est pas breveté, Michelakis craint qu’il sera peut être plus difficile de trouver un financement auprès d'investisseurs privés pour tester DCA à des essais cliniques. Il est reconnaissant pour le soutien qu'il a déjà reçu d'organismes financés par l'État, tels que les Instituts canadiens de recherche en santé du Canada (IRSC) et l'Alberta Heritage Foundation for Medical Research. Il espère que ce soutien se poursuivra et lui permettra de mener des essais cliniques de DCA sur les patients atteints de cancer.


«Cette recherche préliminaire est encourageante et donne de l'espoir à des milliers de personnes dans le monde qui sont affligées par le cancer, car il accélère notre compréhension et notre action autour de traitements ciblés contre le cancer," a déclaré le Dr Philip Branton, directeur scientifique de l’IRSC.


 

 


 

 

(1) Site Web officiel de la recherche avec le DCA de l’Université d’Alberta : http://www.dca.med.ualberta.ca/Home/Updates/2007-03-15_Update.cfm

(2) A mitochondria-K+ channel axis is suppressed in cancer and its normalization promotes apoptosis and inhibits cancer growth. Bonnet S, Archer SL, Allalunis-Turner J, Haromy A, Beaulieu C, Thompson R, Lee CT, Lopaschuk GD, Puttagunta L, Bonnet S, Harry G, Hashimoto K, Porter CJ, Andrade MA, Thebaud B, Michelakis ED. Cancer Cell. 2007 Jan;11(1):37-51.

(3) Warburg, O. (1930). Ueber den stoffwechsel der tumoren (London:Constable).

Repost 0
Published by adn109 - dans Cancer
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 03:42

Les aliments transformés actuels sont tellement appauvris en nutriments notamment en minéraux et vitamines et par conséquence sans avantage nutritif, que l’industrie agroalimentaire tâche d’attirer le consommateur incrédule avec des aliments « enrichis ».  C’est le cas notamment des céréales enrichies en fer. Malheureusement, cet enrichissement n’a aucune valeur et pourrait même être toxique.  La vidéo ci-dessous, réalisée par le Dr Thomas Levy, montre que nos céréales sont enrichies en fait en vulgaire limaille de fer.

 

 

 


Si vous soufrez d’une insuffisance en fer, comme par exemple une anémie ferriprive, voici les aliments riches en fer hémique ou en fer non-hémique.

 

Aliments riches en fer hémique

Excellentes sources

Bonnes sources

Foie de veau, de bœuf, de poulet 

Bœuf

Boudin noir

Crevettes

Palourdes

Sardines

Huitres, Moules

Dinde

 

 

Aliments riches en fer non-hémique

Excellentes Sources

Bonnes Sources

Lentilles

Haricots en conserve

Haricots cuits

Pomme de terre cuite avec la peau

Graines de citrouille

Asperges

Mélasses

 

Dr Thomas Levy est professeur associé au Capital University of Integrative Medicine, Washington, DC. 

 Son site web : http://www.tomlevymd.com/about.html

Repost 0
Published by adn109 - dans Nutrition
commenter cet article